Nouvelles recettes

Capirotada mexicaine : Pudding au pain de Pâques traditionnel

Capirotada mexicaine : Pudding au pain de Pâques traditionnel

Ajoutez une touche mexicaine à votre week-end de Pâques avec ce pudding au pain traditionnel mexicain

Des couches de pain, du sirop de sucre épicé, des raisins secs et des amandes sont cuits ensemble dans cette capirotada mexicaine, qui est traditionnellement servie le vendredi saint.

Cette recette est une gracieuseté de Mes Recettes.

Ingrédients

  • 1 1/4 tasse de sucre brun foncé
  • 1 1/4 tasse d'eau
  • 2 bâtons de cannelle
  • 4 1/2 tasses de pain français, en cubes
  • 1/4 tasse de raisins secs dorés
  • 1/4 tasse d'amandes effilées, légèrement grillées
  • 2 cuillères à soupe de beurre coupé en petits morceaux
  • Aérosol de cuisson
  • 3/4 tasses de fromage Monterey Jack râpé

Capirotada mexicaine : Pudding au pain de Pâques traditionnel - Recettes

Le Mexique est un pays fondamentalement catholique, et la Semana Santa, la Semaine Sainte, et Pascua, la Pâques, sont marquées par de nombreuses célébrations, festivités et réjouissances. La Passion du Christ est rejouée dans les villes et villages, avec Ixtapalapa, Taxco, San Cristóbal de las Casas et Pátzcuaro étant célèbres dans tout le pays pour leurs pièces de passion. Des processions silencieuses aux flambeaux serpentent dans les ruelles et le long des avenues, les vendeurs ambulants vendent des croix de palmier, les autels sont ornés de fleurs et les « cascarones », des coquilles d'œufs peintes remplies de confettis, sont joyeusement écrasées sur la tête de la famille, des amis et de parfaits inconnus. Bien que cette période soit essentiellement une fête religieuse, elle est aussi très amusante, avec une atmosphère résolument carnavalesque.


Cascarones © Philip Hood

Le Carême est connu sous le nom de La Cuaresma, et parmi les plats traditionnels de la « cocina cuaresmeña » servis pendant ces 40 jours figurent les « tortitas de papa », des galettes de pommes de terre aromatisées au thon ou aux crevettes séchées, et des crevettes aux pagaies de cactus, ainsi que des piments farcis , soupe de maïs ou de lentilles et un pudding au pain connu sous le nom de « capirotada ».

Chaque fois que je prépare une capirotada, je suis frappé par sa combinaison particulière d'ingrédients. Les saveurs rappellent beaucoup le pudding de Noël, et bien que le pain soit utilisé dans les plats sucrés depuis des siècles et que le grand favori des pépinières britanniques, le pudding au pain et au beurre, ait acquis une renommée classique et subi d'innombrables métamorphoses, la capirotada semble être un méli-mélo incongru de disparates. des éléments qui réussissent tant bien que mal à s'assembler en un tout délicieux, à la fois sucré et salé.

Il n'y a pas de recette unique - chaque cuisinier a sa propre version et le fait à sa manière, mais il y a une poignée d'ingrédients qui sont habituels et qui indiquent une provenance du Vieux Monde : pain, sucre, raisins secs, épices et fromage, toutes des contributions espagnoles au garde-manger mexicain. Du côté du Nouveau Monde, les arachides sont un ajout séculaire, mais sont souvent remplacées par d'autres noix comme les amandes ou les noix de pécan, et bien que les goyaves ou les ananas indigènes aient probablement été inclus à l'origine, de nombreuses adaptations comportent des pommes, des abricots, des poires ou des bananes.

L'ingrédient le plus étrange est peut-être le fromage. Le fromage est bien sûr un composant typique de nombreux desserts - cheesecake et sorbet au mascarpone par exemple, mais d'une manière ou d'une autre, la combinaison de pain, de sucre et d'un fromage à pâte dure fortement aromatisé semble maladroit et inconfortable - et pourtant cela fonctionne. De plus, c'est le fromage qui permet à la capirotada d'être à la fois un plat salé et un plat sucré, malgré sa forte teneur en sucre. Un fromage vieilli de Chihuahua est fréquemment utilisé, tout comme le fromage frais « queso fresco » friable et acide. Les deux fonctionnent bien si la capirotada doit être servie en plat salé, mais le queso fresco est plus à l'aise dans un pudding. J'aime un fromage de chèvre frais et léger, car sa saveur citronnée compense la douceur et donne du mordant à l'ensemble du plat.

Contrairement à la plupart des puddings au pain, le pain de la capirotada est trempé et cuit dans un sirop de sucre épicé plutôt qu'un mélange de type crème pâtissière. Ce sirop est traditionnellement fabriqué avec du piloncillo, un sucre brun non raffiné, assez grossier et collant qui est pressé en forme de cône et couramment utilisé dans les plats sucrés et les boissons au Mexique et pour une authentique capirotada, le pain doit provenir de tranches épaisses, rassis " bolillos », rouleaux en forme de torpille. Cependant, en l'absence de piloncillo et de bolillos, un bâton de pain français et du muscovado noir ou du sucre de la Barbade sont d'excellents substituts.

Capirotada – Pudding au pain mexicain

Pour le sirop :-
500 g/18 oz de muscovado noir ou de sucre de la Barbade
1 litre/1 3/4 pintes d'eau
4 bâtons de cannelle
5 clous de girofle entiers
5 ml/1 cc de graines de fenouil
1 gros citron, jus et zeste râpé

Pour le pouding au pain : -
350 g/12 oz de pain, environ 1 gros bâtonnet français, âgé de deux ou trois jours, tranché de 1 cm/1/2 po d'épaisseur
Beurre doux non salé
175 g/6 oz de raisins secs
250 g d'amandes effilées grillées
250 g/9 oz de pommes à manger, pelées et tranchées finement
200 g de fromage de chèvre frais, émietté
Crème épaisse, pour servir (facultatif)

Un plat allant au four de 2,25 litres/4 pintes/10 tasses, d'environ 6 cm/2 1/2 po de profondeur

Commencez par préparer le sirop car il a besoin de temps pour cuire. Mettre le sucre, l'eau, les épices et le jus et le zeste de citron dans une casserole et porter à ébullition à feu moyen en remuant tout le temps pour assurer la dissolution du sucre. Baisser le feu et laisser mijoter à découvert pendant 20 minutes. Filtrer dans une grande carafe et réserver. Réservez les bâtons de cannelle.

Beurrer légèrement le pain des deux côtés et en disposer un tiers au fond du plat allant au four. Saupoudrer de la moitié des raisins secs, des amandes, des pommes tranchées et du fromage, et ajouter deux des bâtons de cannelle réservés. Répétez le processus en ajoutant une autre couche de pain et le reste des fruits, des noix, de la cannelle et du fromage, et terminez par une couche de pain. Versez délicatement le sirop sur le pudding et laissez reposer au moins une heure, voire une nuit au réfrigérateur, pour laisser le temps au pain d'absorber tout le liquide.

Préchauffer le four à 180oC/350oF/gaz 4/four à chaleur tournante 160oC. Cuire la capirotada jusqu'à ce qu'elle soit dorée, 30 à 45 minutes.

La capirotada est traditionnellement servie à température ambiante, mais je dois dire qu'elle est terriblement bonne chaude, avec des fouets de crème épaisse !

Copyright et copie du contenu 2021 par Isabel Hood. Tous les droits sont réservés.
Ce contenu a été écrit par Isabel Hood. Si vous souhaitez utiliser ce contenu de quelque manière que ce soit, vous avez besoin d'une autorisation écrite. Contactez Mickey Marquez pour plus de détails.


Capirotada mexicaine : Pudding au pain de Pâques traditionnel - Recettes

Le Mexique est un pays fondamentalement catholique, et la Semana Santa, Semaine Sainte, et Pascua, Pâques, sont marquées par de nombreuses célébrations, festivités et réjouissances. La Passion du Christ est rejouée dans les villes et villages, avec Ixtapalapa, Taxco, San Cristóbal de las Casas et Pátzcuaro étant célèbres dans tout le pays pour leurs pièces de passion. Des processions silencieuses aux flambeaux serpentent dans les ruelles et le long des avenues, les vendeurs ambulants vendent des croix de palmier, les autels sont ornés de fleurs et les « cascarones », des coquilles d'œufs peintes remplies de confettis, sont joyeusement écrasées sur la tête de la famille, des amis et de parfaits inconnus. Bien que cette période soit essentiellement une fête religieuse, elle est aussi très amusante, avec une atmosphère résolument carnavalesque.


Cascarones © Philip Hood

Le Carême est connu sous le nom de La Cuaresma, et parmi les plats traditionnels de la « cocina cuaresmeña » servis pendant ces 40 jours figurent les « tortitas de papa », des galettes de pommes de terre aromatisées au thon ou aux crevettes séchées, et des crevettes aux pagaies de cactus, ainsi que des piments farcis , soupe de maïs ou de lentilles et un pudding au pain connu sous le nom de « capirotada ».

Chaque fois que je prépare une capirotada, je suis frappé par sa combinaison particulière d'ingrédients. Les saveurs rappellent beaucoup le pudding de Noël, et bien que le pain soit utilisé dans les plats sucrés depuis des siècles et que le grand favori des pépinières britanniques, le pudding au pain et au beurre, ait acquis une renommée classique et subi d'innombrables métamorphoses, la capirotada semble être un méli-mélo incongru de disparates. des éléments qui réussissent tant bien que mal à s'assembler en un tout délicieux, à la fois sucré et salé.

Il n'y a pas de recette unique - chaque cuisinier a sa propre version et le fait à sa manière, mais il y a une poignée d'ingrédients qui sont coutumiers et qui indiquent une provenance du Vieux Monde : pain, sucre, raisins secs, épices et fromage, toutes des contributions espagnoles au garde-manger mexicain. Du côté du Nouveau Monde, les arachides sont un ajout séculaire, mais sont souvent remplacées par d'autres noix comme les amandes ou les noix de pécan, et bien que les goyaves ou les ananas indigènes aient probablement été inclus à l'origine, de nombreuses adaptations comportent des pommes, des abricots, des poires ou des bananes.

L'ingrédient le plus étrange est peut-être le fromage. Le fromage est bien sûr un composant typique de nombreux desserts - cheesecake et sorbet au mascarpone par exemple, mais d'une manière ou d'une autre, la combinaison de pain, de sucre et d'un fromage à pâte dure fortement aromatisé semble maladroit et inconfortable - et pourtant cela fonctionne. De plus, c'est le fromage qui permet à la capirotada d'être à la fois un plat salé et un plat sucré, malgré sa forte teneur en sucre. Un fromage vieilli de Chihuahua est fréquemment utilisé, tout comme le fromage frais « queso fresco » friable et acide. Les deux fonctionnent bien si la capirotada doit être servie en plat salé, mais le queso fresco est plus à l'aise dans un pudding. J'aime un fromage de chèvre frais et léger, car sa saveur citronnée compense la douceur et donne du mordant à l'ensemble du plat.

Contrairement à la plupart des puddings au pain, le pain de la capirotada est trempé et cuit dans un sirop de sucre épicé plutôt qu'un mélange de type crème pâtissière. Ce sirop est traditionnellement fabriqué avec du piloncillo, un sucre brun non raffiné, assez grossier et collant qui est pressé en forme de cône et couramment utilisé dans les plats sucrés et les boissons au Mexique et pour une authentique capirotada, le pain doit provenir de tranches épaisses, rassis " bolillos », rouleaux en forme de torpille. Cependant, en l'absence de piloncillo et de bolillos, un bâton de pain français et du muscovado noir ou du sucre de la Barbade sont d'excellents substituts.

Capirotada – Pudding au pain mexicain

Pour le sirop :-
500 g/18 oz de muscovado noir ou de sucre de la Barbade
1 litre/1 3/4 pintes d'eau
4 bâtons de cannelle
5 clous de girofle entiers
5 ml/1 cc de graines de fenouil
1 gros citron, jus et zeste râpé

Pour le pouding au pain : -
350 g/12 oz de pain, environ 1 gros bâtonnet français, âgé de deux ou trois jours, tranché de 1 cm/1/2 po d'épaisseur
Beurre doux non salé
175 g/6 oz de raisins secs
250 g d'amandes effilées grillées
250 g/9 oz de pommes à manger, pelées et tranchées finement
200 g/7 oz de chèvre frais, émietté
Crème épaisse, pour servir (facultatif)

Un plat allant au four de 2,25 litres/4 pintes/10 tasses, d'environ 6 cm/2 1/2 po de profondeur

Commencez par préparer le sirop car il a besoin de temps pour cuire. Mettre le sucre, l'eau, les épices et le jus et le zeste de citron dans une casserole et porter à ébullition à feu moyen en remuant tout le temps pour assurer la dissolution du sucre. Baisser le feu et laisser mijoter à découvert pendant 20 minutes. Filtrer dans une grande carafe et réserver. Réservez les bâtons de cannelle.

Beurrer légèrement le pain des deux côtés et en disposer un tiers au fond du plat allant au four. Saupoudrer de la moitié des raisins secs, des amandes, des pommes tranchées et du fromage, et ajouter deux des bâtons de cannelle réservés. Répétez le processus en ajoutant une autre couche de pain et le reste des fruits, des noix, de la cannelle et du fromage, et terminez par une couche de pain. Versez délicatement le sirop sur tout le pudding et réservez au moins une heure, voire une nuit au réfrigérateur, pour laisser le temps au pain d'absorber tout le liquide.

Préchauffer le four à 180oC/350oF/gaz 4/four à chaleur tournante 160oC. Cuire la capirotada jusqu'à ce qu'elle soit dorée, 30 à 45 minutes.

La capirotada est traditionnellement servie à température ambiante, mais je dois dire qu'elle est terriblement bonne chaude, avec des fouets de crème épaisse !

Copyright et copie du contenu 2021 par Isabel Hood. Tous les droits sont réservés.
Ce contenu a été écrit par Isabel Hood. Si vous souhaitez utiliser ce contenu de quelque manière que ce soit, vous avez besoin d'une autorisation écrite. Contactez Mickey Marquez pour plus de détails.


Capirotada mexicaine : Pudding au pain de Pâques traditionnel - Recettes

Le Mexique est un pays fondamentalement catholique, et la Semana Santa, Semaine Sainte, et Pascua, Pâques, sont marquées par de nombreuses célébrations, festivités et réjouissances. La Passion du Christ est rejouée dans les villes et villages, avec Ixtapalapa, Taxco, San Cristóbal de las Casas et Pátzcuaro étant célèbres dans tout le pays pour leurs pièces de passion. Des processions silencieuses aux flambeaux serpentent dans les ruelles et le long des avenues, les vendeurs ambulants vendent des croix de palmier, les autels sont ornés de fleurs et les « cascarones », des coquilles d'œufs peintes remplies de confettis, sont joyeusement écrasées sur la tête de la famille, des amis et de parfaits inconnus. Bien que cette période soit essentiellement une fête religieuse, elle est aussi très amusante, avec une atmosphère résolument carnavalesque.


Cascarones © Philip Hood

Le Carême est connu sous le nom de La Cuaresma, et parmi les plats traditionnels de la « cocina cuaresmeña » servis pendant ces 40 jours figurent les « tortitas de papa », des galettes de pommes de terre aromatisées au thon ou aux crevettes séchées, et des crevettes aux pagaies de cactus, ainsi que des piments farcis , soupe de maïs ou de lentilles et un pudding au pain connu sous le nom de « capirotada ».

Chaque fois que je prépare une capirotada, je suis frappé par sa combinaison particulière d'ingrédients. Les saveurs rappellent beaucoup le pudding de Noël, et bien que le pain soit utilisé dans les plats sucrés depuis des siècles et que le grand favori des pépinières britanniques, le pudding au pain et au beurre, ait atteint une renommée classique et subi d'innombrables métamorphoses, la capirotada semble être un méli-mélo incongru de disparates. des éléments qui réussissent tant bien que mal à s'assembler en un tout délicieux, à la fois sucré et salé.

Il n'y a pas de recette unique - chaque cuisinier a sa propre version et le fait à sa manière, mais il y a une poignée d'ingrédients qui sont coutumiers et qui indiquent une provenance du Vieux Monde : pain, sucre, raisins secs, épices et fromage, toutes des contributions espagnoles au garde-manger mexicain. Du côté du Nouveau Monde, les arachides sont un ajout séculaire, mais sont souvent remplacées par d'autres noix comme les amandes ou les noix de pécan, et bien que les goyaves ou les ananas indigènes aient probablement été inclus à l'origine, de nombreuses adaptations comportent des pommes, des abricots, des poires ou des bananes.

L'ingrédient le plus étrange est peut-être le fromage. Le fromage est bien sûr un composant typique de nombreux desserts - cheesecake et sorbet au mascarpone par exemple, mais d'une manière ou d'une autre, la combinaison de pain, de sucre et d'un fromage à pâte dure fortement aromatisé semble maladroit et inconfortable - et pourtant cela fonctionne. De plus, c'est le fromage qui permet à la capirotada d'être à la fois un plat salé et un plat sucré, malgré sa forte teneur en sucre. Un fromage vieilli de Chihuahua est fréquemment utilisé, tout comme le fromage frais « queso fresco » friable et acide. Les deux fonctionnent bien si la capirotada doit être servie en plat salé, mais le queso fresco est plus à l'aise dans un pudding. J'aime un fromage de chèvre frais et léger, car sa saveur citronnée compense la douceur et donne du mordant à l'ensemble du plat.

Contrairement à la plupart des puddings au pain, le pain de la capirotada est trempé et cuit dans un sirop de sucre épicé plutôt que dans un mélange de type crème pâtissière. Ce sirop est traditionnellement fabriqué avec du piloncillo, un sucre brun non raffiné, assez grossier et collant qui est pressé en forme de cône et couramment utilisé dans les plats sucrés et les boissons au Mexique et pour une authentique capirotada, le pain doit provenir de tranches épaisses, rassis " bolillos », rouleaux en forme de torpille. Cependant, en l'absence de piloncillo et de bolillos, un bâton de pain français et du muscovado noir ou du sucre de la Barbade sont d'excellents substituts.

Capirotada – Pudding au pain mexicain

Pour le sirop :-
500 g/18 oz de muscovado noir ou de sucre de la Barbade
1 litre/1 3/4 pintes d'eau
4 bâtons de cannelle
5 clous de girofle entiers
5 ml/1 cc de graines de fenouil
1 gros citron, jus et zeste râpé

Pour le pouding au pain : -
350 g/12 oz de pain, environ 1 gros bâtonnet français, âgé de deux ou trois jours, tranché de 1 cm/1/2 po d'épaisseur
Beurre doux non salé
175 g/6 oz de raisins secs
250 g d'amandes effilées grillées
250 g/9 oz de pommes à manger, pelées et tranchées finement
200 g/7 oz de chèvre frais, émietté
Crème épaisse, pour servir (facultatif)

Un plat allant au four de 2,25 litres/4 pintes/10 tasses, d'environ 6 cm/2 1/2 po de profondeur

Commencez par préparer le sirop car il a besoin de temps pour cuire. Mettre le sucre, l'eau, les épices et le jus et le zeste de citron dans une casserole et porter à ébullition à feu moyen en remuant tout le temps pour assurer la dissolution du sucre. Baisser le feu et laisser mijoter à découvert pendant 20 minutes. Filtrer dans une grande carafe et réserver. Réservez les bâtons de cannelle.

Beurrer légèrement le pain des deux côtés et en disposer un tiers au fond du plat allant au four. Saupoudrer de la moitié des raisins secs, des amandes, des pommes tranchées et du fromage, et ajouter deux des bâtons de cannelle réservés. Répétez le processus en ajoutant une autre couche de pain et le reste des fruits, des noix, de la cannelle et du fromage, et terminez par une couche de pain. Versez délicatement le sirop sur tout le pudding et réservez au moins une heure, voire une nuit au réfrigérateur, pour laisser le temps au pain d'absorber tout le liquide.

Préchauffer le four à 180oC/350oF/gaz 4/four à chaleur tournante 160oC. Cuire la capirotada jusqu'à ce qu'elle soit dorée, 30 à 45 minutes.

La capirotada est traditionnellement servie à température ambiante, mais je dois dire qu'elle est terriblement bonne chaude, avec des fouets de crème épaisse !

Copyright et copie du contenu 2021 par Isabel Hood. Tous les droits sont réservés.
Ce contenu a été écrit par Isabel Hood. Si vous souhaitez utiliser ce contenu de quelque manière que ce soit, vous avez besoin d'une autorisation écrite. Contactez Mickey Marquez pour plus de détails.


Capirotada mexicaine : Pudding au pain de Pâques traditionnel - Recettes

Le Mexique est un pays fondamentalement catholique, et la Semana Santa, la Semaine Sainte, et Pascua, la Pâques, sont marquées par de nombreuses célébrations, festivités et réjouissances. La Passion du Christ est rejouée dans les villes et villages, avec Ixtapalapa, Taxco, San Cristóbal de las Casas et Pátzcuaro étant célèbres dans tout le pays pour leurs pièces de passion. Des processions silencieuses aux flambeaux serpentent dans les ruelles et le long des avenues, les vendeurs ambulants vendent des croix de palmier, les autels sont ornés de fleurs et les « cascarones », des coquilles d'œufs peintes remplies de confettis, sont joyeusement écrasées sur la tête de la famille, des amis et des parfaits inconnus. Si cette période est essentiellement une fête religieuse, elle est aussi très amusante, avec une atmosphère résolument carnavalesque.


Cascarones © Philip Hood

Le Carême est connu sous le nom de La Cuaresma, et parmi les plats traditionnels de la « cocina cuaresmeña » servis pendant ces 40 jours figurent les « tortitas de papa », des galettes de pommes de terre aromatisées au thon ou aux crevettes séchées, et des crevettes aux pagaies de cactus, ainsi que des piments farcis , soupe de maïs ou de lentilles et un pudding au pain connu sous le nom de « capirotada ».

Chaque fois que je prépare une capirotada, je suis frappé par sa combinaison particulière d'ingrédients. Les saveurs rappellent beaucoup le pudding de Noël, et bien que le pain soit utilisé dans les plats sucrés depuis des siècles et que le grand favori des pépinières britanniques, le pudding au pain et au beurre, ait atteint une renommée classique et subi d'innombrables métamorphoses, la capirotada semble être un méli-mélo incongru de disparates. des éléments qui réussissent tant bien que mal à s'assembler en un tout délicieux, à la fois sucré et salé.

Il n'y a pas de recette unique - chaque cuisinier a sa propre version et le fait à sa manière, mais il y a une poignée d'ingrédients qui sont coutumiers et qui indiquent une provenance du Vieux Monde : pain, sucre, raisins secs, épices et fromage, toutes des contributions espagnoles au garde-manger mexicain. Du côté du Nouveau Monde, les arachides sont un ajout séculaire, mais sont souvent remplacées par d'autres noix comme les amandes ou les noix de pécan, et bien que les goyaves ou les ananas indigènes aient probablement été inclus à l'origine, de nombreuses adaptations comportent des pommes, des abricots, des poires ou des bananes.

L'ingrédient le plus étrange est peut-être le fromage. Le fromage est bien sûr un composant typique de nombreux desserts - cheesecake et sorbet au mascarpone par exemple, mais d'une manière ou d'une autre, la combinaison de pain, de sucre et d'un fromage à pâte dure fortement aromatisé semble maladroit et inconfortable - et pourtant cela fonctionne. De plus, c'est le fromage qui permet à la capirotada d'être à la fois un plat salé et un plat sucré, malgré sa forte teneur en sucre. Un fromage vieilli de Chihuahua est fréquemment utilisé, tout comme le fromage frais « queso fresco » friable et acide. Les deux fonctionnent bien si la capirotada doit être servie en plat salé, mais le queso fresco est plus à l'aise dans un pudding. J'aime un fromage de chèvre frais et léger, car sa saveur citronnée compense la douceur et donne du mordant à l'ensemble du plat.

Contrairement à la plupart des puddings au pain, le pain de la capirotada est trempé et cuit dans un sirop de sucre épicé plutôt que dans un mélange de type crème pâtissière. Ce sirop est traditionnellement fabriqué avec du piloncillo, un sucre brun non raffiné, assez grossier et collant qui est pressé en forme de cône et couramment utilisé dans les plats sucrés et les boissons au Mexique et pour une authentique capirotada, le pain doit provenir de tranches épaisses, rassis " bolillos », rouleaux en forme de torpille. Cependant, en l'absence de piloncillo et de bolillos, un bâton de pain français et du muscovado noir ou du sucre de la Barbade sont d'excellents substituts.

Capirotada – Pudding au pain mexicain

Pour le sirop :-
500 g/18 oz de muscovado noir ou de sucre de la Barbade
1 litre/1 3/4 pintes d'eau
4 bâtons de cannelle
5 clous de girofle entiers
5 ml/1 cc de graines de fenouil
1 gros citron, jus et zeste râpé

Pour le pouding au pain : -
350 g/12 oz de pain, environ 1 gros bâtonnet français, âgé de deux ou trois jours, tranché de 1 cm/1/2 po d'épaisseur
Beurre doux non salé
175 g/6 oz de raisins secs
250 g d'amandes effilées grillées
250 g/9 oz de pommes à manger, pelées et tranchées finement
200 g/7 oz de chèvre frais, émietté
Crème épaisse, pour servir (facultatif)

Un plat allant au four de 2,25 litres/4 pintes/10 tasses, d'environ 6 cm/2 1/2 po de profondeur

Commencez par préparer le sirop car il a besoin de temps pour cuire. Mettre le sucre, l'eau, les épices et le jus et le zeste de citron dans une casserole et porter à ébullition à feu moyen en remuant tout le temps pour assurer la dissolution du sucre. Baisser le feu et laisser mijoter à découvert pendant 20 minutes. Filtrer dans une grande carafe et réserver. Réservez les bâtons de cannelle.

Beurrer légèrement le pain des deux côtés et en disposer un tiers au fond du plat allant au four. Saupoudrer de la moitié des raisins secs, des amandes, des pommes tranchées et du fromage, et ajouter deux des bâtons de cannelle réservés. Répétez le processus en ajoutant une autre couche de pain et le reste des fruits, des noix, de la cannelle et du fromage, et terminez par une couche de pain. Versez délicatement le sirop sur le pudding et laissez reposer au moins une heure, voire une nuit au réfrigérateur, pour laisser le temps au pain d'absorber tout le liquide.

Préchauffer le four à 180oC/350oF/gaz 4/four à chaleur tournante 160oC. Cuire la capirotada jusqu'à ce qu'elle soit dorée, 30 à 45 minutes.

La capirotada est traditionnellement servie à température ambiante, mais je dois dire qu'elle est terriblement bonne chaude, avec des fouets de crème épaisse !

Copyright et copie du contenu 2021 par Isabel Hood. Tous les droits sont réservés.
Ce contenu a été écrit par Isabel Hood. Si vous souhaitez utiliser ce contenu de quelque manière que ce soit, vous avez besoin d'une autorisation écrite. Contactez Mickey Marquez pour plus de détails.


Capirotada mexicaine : Pudding au pain de Pâques traditionnel - Recettes

Le Mexique est un pays fondamentalement catholique, et la Semana Santa, Semaine Sainte, et Pascua, Pâques, sont marquées par de nombreuses célébrations, festivités et réjouissances. La Passion du Christ est rejouée dans les villes et villages, avec Ixtapalapa, Taxco, San Cristóbal de las Casas et Pátzcuaro étant célèbres dans tout le pays pour leurs pièces de passion. Des processions silencieuses aux flambeaux serpentent dans les ruelles et le long des avenues, les vendeurs ambulants vendent des croix de palmier, les autels sont ornés de fleurs et les « cascarones », des coquilles d'œufs peintes remplies de confettis, sont joyeusement écrasées sur la tête de la famille, des amis et des parfaits inconnus. Si cette période est essentiellement une fête religieuse, elle est aussi très amusante, avec une atmosphère résolument carnavalesque.


Cascarones © Philip Hood

Le Carême est connu sous le nom de La Cuaresma, et parmi les plats traditionnels de la « cocina cuaresmeña » servis pendant ces 40 jours figurent les « tortitas de papa », des galettes de pommes de terre aromatisées au thon ou aux crevettes séchées, et des crevettes aux pagaies de cactus, ainsi que des piments farcis , soupe de maïs ou de lentilles et un pudding au pain connu sous le nom de « capirotada ».

Chaque fois que je prépare une capirotada, je suis frappé par sa combinaison particulière d'ingrédients. Les saveurs rappellent beaucoup le pudding de Noël, et bien que le pain soit utilisé dans les plats sucrés depuis des siècles et que le grand favori des pépinières britanniques, le pudding au pain et au beurre, ait atteint une renommée classique et subi d'innombrables métamorphoses, la capirotada semble être un méli-mélo incongru de disparates. des éléments qui réussissent tant bien que mal à s'assembler en un tout délicieux, à la fois sucré et salé.

Il n'y a pas de recette unique - chaque cuisinier a sa propre version et le fait à sa manière, mais il y a une poignée d'ingrédients qui sont habituels et qui indiquent une provenance du Vieux Monde : pain, sucre, raisins secs, épices et fromage, toutes des contributions espagnoles au garde-manger mexicain. Du côté du Nouveau Monde, les arachides sont un ajout séculaire, mais sont souvent remplacées par d'autres noix comme les amandes ou les noix de pécan, et bien que les goyaves ou les ananas indigènes aient probablement été inclus à l'origine, de nombreuses adaptations comportent des pommes, des abricots, des poires ou des bananes.

L'ingrédient le plus étrange est peut-être le fromage. Le fromage est bien sûr un composant typique de nombreux desserts - cheesecake et sorbet au mascarpone par exemple, mais d'une manière ou d'une autre, la combinaison de pain, de sucre et d'un fromage à pâte dure fortement aromatisé semble maladroit et inconfortable - et pourtant cela fonctionne. De plus, c'est le fromage qui permet à la capirotada d'être à la fois un plat salé et un plat sucré, malgré sa forte teneur en sucre. Un fromage vieilli de Chihuahua est fréquemment utilisé, tout comme le fromage frais « queso fresco » friable et acide. Les deux fonctionnent bien si la capirotada doit être servie en plat salé, mais le queso fresco est plus à l'aise dans un pudding. J'aime un fromage de chèvre frais et léger, car sa saveur citronnée compense la douceur et donne du mordant à l'ensemble du plat.

Contrairement à la plupart des puddings au pain, le pain de la capirotada est trempé et cuit dans un sirop de sucre épicé plutôt que dans un mélange de type crème pâtissière. Ce sirop est traditionnellement fabriqué avec du piloncillo, un sucre brun non raffiné, assez grossier et collant qui est pressé en forme de cône et couramment utilisé dans les plats sucrés et les boissons au Mexique et pour une authentique capirotada, le pain doit provenir de tranches épaisses, rassis " bolillos », rouleaux en forme de torpille. Cependant, en l'absence de piloncillo et de bolillos, un bâton de pain français et du muscovado noir ou du sucre de la Barbade sont d'excellents substituts.

Capirotada – Pudding au pain mexicain

Pour le sirop :-
500 g/18 oz de muscovado noir ou de sucre de la Barbade
1 litre/1 3/4 pintes d'eau
4 bâtons de cannelle
5 clous de girofle entiers
5 ml/1 cc de graines de fenouil
1 gros citron, jus et zeste râpé

Pour le pouding au pain : -
350 g/12 oz de pain, environ 1 gros bâtonnet français, âgé de deux ou trois jours, tranché de 1 cm/1/2 po d'épaisseur
Beurre doux non salé
175 g/6 oz de raisins secs
250 g d'amandes effilées grillées
250 g/9 oz de pommes à manger, pelées et tranchées finement
200 g/7 oz de chèvre frais, émietté
Crème épaisse, pour servir (facultatif)

Un plat allant au four de 2,25 litres/4 pintes/10 tasses, d'environ 6 cm/2 1/2 po de profondeur

Commencez par préparer le sirop car il a besoin de temps pour cuire. Mettre le sucre, l'eau, les épices et le jus et le zeste de citron dans une casserole et porter à ébullition à feu moyen en remuant tout le temps pour assurer la dissolution du sucre. Baisser le feu et laisser mijoter à découvert pendant 20 minutes. Filtrer dans une grande carafe et réserver. Réservez les bâtons de cannelle.

Beurrer légèrement le pain des deux côtés et en disposer un tiers au fond du plat allant au four. Saupoudrer de la moitié des raisins secs, des amandes, des pommes tranchées et du fromage, et ajouter deux des bâtons de cannelle réservés. Répétez le processus en ajoutant une autre couche de pain et le reste des fruits, des noix, de la cannelle et du fromage, et terminez par une couche de pain. Versez délicatement le sirop sur le pudding et réservez au moins une heure, voire une nuit au réfrigérateur, pour laisser le temps au pain d'absorber tout le liquide.

Préchauffer le four à 180oC/350oF/gaz 4/four à chaleur tournante 160oC. Cuire la capirotada jusqu'à ce qu'elle soit dorée, 30 à 45 minutes.

La capirotada est traditionnellement servie à température ambiante, mais je dois dire qu'elle est terriblement bonne chaude, avec des fouets de crème épaisse !

Copyright et copie du contenu 2021 par Isabel Hood. Tous les droits sont réservés.
Ce contenu a été écrit par Isabel Hood. Si vous souhaitez utiliser ce contenu de quelque manière que ce soit, vous avez besoin d'une autorisation écrite. Contactez Mickey Marquez pour plus de détails.


Capirotada mexicaine : Pudding au pain de Pâques traditionnel - Recettes

Le Mexique est un pays fondamentalement catholique, et la Semana Santa, Semaine Sainte, et Pascua, Pâques, sont marquées par de nombreuses célébrations, festivités et réjouissances. La Passion du Christ est rejouée dans les villes et villages, avec Ixtapalapa, Taxco, San Cristóbal de las Casas et Pátzcuaro étant célèbres dans tout le pays pour leurs pièces de passion. Des processions silencieuses aux flambeaux serpentent dans les ruelles et le long des avenues, les vendeurs ambulants vendent des croix de palmier, les autels sont ornés de fleurs et les « cascarones », des coquilles d'œufs peintes remplies de confettis, sont joyeusement écrasées sur la tête de la famille, des amis et de parfaits inconnus. Si cette période est essentiellement une fête religieuse, elle est aussi très amusante, avec une atmosphère résolument carnavalesque.


Cascarones © Philip Hood

Le Carême est connu sous le nom de La Cuaresma, et parmi les plats traditionnels de la « cocina cuaresmeña » servis pendant ces 40 jours figurent les « tortitas de papa », des galettes de pommes de terre aromatisées au thon ou aux crevettes séchées, et des crevettes aux pagaies de cactus, ainsi que des piments farcis , soupe de maïs ou de lentilles et un pudding au pain connu sous le nom de « capirotada ».

Chaque fois que je prépare une capirotada, je suis frappé par sa combinaison particulière d'ingrédients. Les saveurs rappellent beaucoup le pudding de Noël, et bien que le pain soit utilisé dans les plats sucrés depuis des siècles et que le grand favori des pépinières britanniques, le pudding au pain et au beurre, ait atteint une renommée classique et subi d'innombrables métamorphoses, la capirotada semble être un méli-mélo incongru de disparates. des éléments qui réussissent tant bien que mal à s'assembler en un tout délicieux, à la fois sucré et salé.

Il n'y a pas de recette unique - chaque cuisinier a sa propre version et le fait à sa manière, mais il y a une poignée d'ingrédients qui sont coutumiers et qui indiquent une provenance du Vieux Monde : pain, sucre, raisins secs, épices et fromage, toutes des contributions espagnoles au garde-manger mexicain. Du côté du Nouveau Monde, les arachides sont un ajout séculaire, mais sont souvent remplacées par d'autres noix comme les amandes ou les noix de pécan, et bien que les goyaves ou les ananas indigènes aient probablement été inclus à l'origine, de nombreuses adaptations comportent des pommes, des abricots, des poires ou des bananes.

L'ingrédient le plus étrange est peut-être le fromage. Le fromage est bien sûr un composant typique de nombreux desserts - cheesecake et sorbet au mascarpone par exemple, mais d'une manière ou d'une autre, la combinaison de pain, de sucre et d'un fromage à pâte dure fortement aromatisé semble maladroit et inconfortable - et pourtant cela fonctionne. De plus, c'est le fromage qui permet à la capirotada d'être à la fois un plat salé et un plat sucré, malgré sa forte teneur en sucre. Un fromage vieilli de Chihuahua est fréquemment utilisé, tout comme le fromage frais « queso fresco » friable et acide. Les deux fonctionnent bien si la capirotada doit être servie en plat salé, mais le queso fresco est plus à l'aise dans un pudding. J'aime un fromage de chèvre frais et léger, car sa saveur citronnée compense la douceur et donne du mordant à l'ensemble du plat.

Contrairement à la plupart des puddings au pain, le pain de la capirotada est trempé et cuit dans un sirop de sucre épicé plutôt que dans un mélange de type crème pâtissière. Ce sirop est traditionnellement fabriqué avec du piloncillo, un sucre brun non raffiné, assez grossier et collant qui est pressé en forme de cône et couramment utilisé dans les plats sucrés et les boissons au Mexique et pour une authentique capirotada, le pain doit provenir de tranches épaisses, rassis " bolillos », rouleaux en forme de torpille. However, in the absence of piloncillo and bolillos, a stick of French bread and dark muscovado or Barbados sugar are excellent stand-ins.

Capirotada – Mexican bread pudding

For the syrup:-
500 g/18 oz dark muscovado or Barbados sugar
1 litre/1 3/4 pints water
4 bâtons de cannelle
5 clous de girofle entiers
5 ml/1 tsp fennel seeds
1 large lemon, juice and grated rind

For the bread pudding:-
350 g/12 oz bread, about 1 large French stick, two or three days old, sliced 1 cm/1/2 in thick
Soft unsalted butter
175 g/6 oz raisins
250 g/9 oz toasted, flaked almonds
250 g/9 oz eating apples, peeled and thinly sliced
200 g/7 oz fresh goat’s cheese, crumbled
Thick cream, to serve (optional)

A 2.25 litre/4 pint/10 cup ovenproof dish, about 6 cm/2 1/2 in deep

Start off by making the syrup as it needs time to cook. Place the sugar, water, spices and lemon juice and rind in a saucepan and bring to the boil over medium heat, stirring all the time to ensure the sugar dissolves. Turn the heat right down and leave to simmer uncovered for 20 minutes. Strain into a large jug and set aside. Reserve the cinnamon sticks.

Lightly butter the bread on both sides and arrange one third in the bottom of the ovenproof dish. Sprinkle with half the raisins, almonds, sliced apples and cheese, and add two of the reserved cinnamon sticks. Repeat the process, adding another layer of bread and the rest of the fruit, nuts, cinnamon and cheese, and finish off with a layer of bread. Carefully pour the syrup all over the pudding and set aside for at least one hour, or even overnight in the refrigerator, to give the bread time to absorb all the liquid.

Preheat the oven to 180oC/350oF/gas 4/fan oven 160oC. Bake the capirotada until golden, 30 to 45 minutes.

Capirotada is traditionally served at room temperature, but I have to say that it is terribly good hot, with lashings of thick cream!

Content copyright © 2021 by Isabel Hood. Tous les droits sont réservés.
This content was written by Isabel Hood. Si vous souhaitez utiliser ce contenu de quelque manière que ce soit, vous avez besoin d'une autorisation écrite. Contact Mickey Marquez for details.


Mexican Capirotada: Traditional Easter Bread Pudding - Recipes

Mexico is a fundamentally catholic country, and Semana Santa, Holy Week, and Pascua, Easter, are marked by widespread celebrations, festivities and rejoicing. The Passion of Christ is re-enacted in cities, towns and villages, with Ixtapalapa, Taxco, San Cristóbal de las Casas and Pátzcuaro being famous throughout the country for their passion plays. Silent torch-lit processions wind through lanes and down avenues, street vendors sell palm crosses, altars are decked with flowers, and “cascarones”, painted egg shells filled with confetti, are gleefully crushed over the heads of family, friends and total strangers. While this period is in essence a religious festival, it is also tremendous fun, with a decidedly carnival atmosphere.


Cascarones © Philip Hood

Lent is known as La Cuaresma, and among the traditional dishes of the “cocina cuaresmeña” served during these 40 days are “tortitas de papa”, potato cakes flavoured with tuna or dried shrimp, and prawns with cactus paddles, as well as stuffed chillies, corn or lentil soup, and a bread pudding known as “capirotada”.

Whenever I make capirotada, I am struck by its peculiar combination of ingredients. The flavours are very reminiscent of Christmas pudding, and while bread has been used in sweet dishes for centuries and the great British nursery favourite, bread and butter pudding, has achieved classical fame and undergone countless makeovers, capirotada seems to be an incongruent mishmash of disparate elements which somehow manage to come together into a very delicious whole, both sweet and savoury.

There is no one recipe - every cook has her own version and makes it her own way but there are a handful of ingredients which are customary and which point to an Old World provenance: bread, sugar, raisins, spices and cheese, all Spanish contributions to the Mexican larder. On the New World side, peanuts are a time-honoured addition, but are often replaced with other nuts like almonds or pecans, and while the native guavas or pineapples were probably included originally, many adaptations feature apples, apricots, pears or bananas.

The oddest ingredient is perhaps the cheese. Cheese is of course a typical component in many desserts - cheesecake and mascarpone sorbet for instance, but somehow the combination of bread, sugar and a strongly flavoured hard cheese seems awkward and uncomfortable - and yet it works. Furthermore, it is the cheese which enables capirotada to act as both a savoury dish and a sweet one, despite the considerable sugar content. An aged cheese from Chihuahua is frequently used, as is the crumbly, acidic “queso fresco”, fresh cheese. Both work well if the capirotada is to be served as a savoury course, but the queso fresco is more at home in a pudding. I like a fresh, light goat’s cheese, as its lemony tang offsets the sweetness and gives the whole dish some bite.

Unlike most bread puddings, the bread in capirotada is soaked and baked in a spiced sugar syrup rather than a custard type mixture. This syrup is traditionally made with piloncillo, an unrefined, quite coarse and sticky brown sugar which is pressed into a cone shape and commonly used in sweet dishes and drinks in Mexico and for an authentic capirotada, the bread must come from thickly sliced, stale “bolillos”, torpedo shaped rolls. However, in the absence of piloncillo and bolillos, a stick of French bread and dark muscovado or Barbados sugar are excellent stand-ins.

Capirotada – Mexican bread pudding

For the syrup:-
500 g/18 oz dark muscovado or Barbados sugar
1 litre/1 3/4 pints water
4 bâtons de cannelle
5 clous de girofle entiers
5 ml/1 tsp fennel seeds
1 large lemon, juice and grated rind

For the bread pudding:-
350 g/12 oz bread, about 1 large French stick, two or three days old, sliced 1 cm/1/2 in thick
Soft unsalted butter
175 g/6 oz raisins
250 g/9 oz toasted, flaked almonds
250 g/9 oz eating apples, peeled and thinly sliced
200 g/7 oz fresh goat’s cheese, crumbled
Thick cream, to serve (optional)

A 2.25 litre/4 pint/10 cup ovenproof dish, about 6 cm/2 1/2 in deep

Start off by making the syrup as it needs time to cook. Place the sugar, water, spices and lemon juice and rind in a saucepan and bring to the boil over medium heat, stirring all the time to ensure the sugar dissolves. Turn the heat right down and leave to simmer uncovered for 20 minutes. Strain into a large jug and set aside. Reserve the cinnamon sticks.

Lightly butter the bread on both sides and arrange one third in the bottom of the ovenproof dish. Sprinkle with half the raisins, almonds, sliced apples and cheese, and add two of the reserved cinnamon sticks. Repeat the process, adding another layer of bread and the rest of the fruit, nuts, cinnamon and cheese, and finish off with a layer of bread. Carefully pour the syrup all over the pudding and set aside for at least one hour, or even overnight in the refrigerator, to give the bread time to absorb all the liquid.

Preheat the oven to 180oC/350oF/gas 4/fan oven 160oC. Bake the capirotada until golden, 30 to 45 minutes.

Capirotada is traditionally served at room temperature, but I have to say that it is terribly good hot, with lashings of thick cream!

Content copyright © 2021 by Isabel Hood. Tous les droits sont réservés.
This content was written by Isabel Hood. Si vous souhaitez utiliser ce contenu de quelque manière que ce soit, vous avez besoin d'une autorisation écrite. Contact Mickey Marquez for details.


Mexican Capirotada: Traditional Easter Bread Pudding - Recipes

Mexico is a fundamentally catholic country, and Semana Santa, Holy Week, and Pascua, Easter, are marked by widespread celebrations, festivities and rejoicing. The Passion of Christ is re-enacted in cities, towns and villages, with Ixtapalapa, Taxco, San Cristóbal de las Casas and Pátzcuaro being famous throughout the country for their passion plays. Silent torch-lit processions wind through lanes and down avenues, street vendors sell palm crosses, altars are decked with flowers, and “cascarones”, painted egg shells filled with confetti, are gleefully crushed over the heads of family, friends and total strangers. While this period is in essence a religious festival, it is also tremendous fun, with a decidedly carnival atmosphere.


Cascarones © Philip Hood

Lent is known as La Cuaresma, and among the traditional dishes of the “cocina cuaresmeña” served during these 40 days are “tortitas de papa”, potato cakes flavoured with tuna or dried shrimp, and prawns with cactus paddles, as well as stuffed chillies, corn or lentil soup, and a bread pudding known as “capirotada”.

Whenever I make capirotada, I am struck by its peculiar combination of ingredients. The flavours are very reminiscent of Christmas pudding, and while bread has been used in sweet dishes for centuries and the great British nursery favourite, bread and butter pudding, has achieved classical fame and undergone countless makeovers, capirotada seems to be an incongruent mishmash of disparate elements which somehow manage to come together into a very delicious whole, both sweet and savoury.

There is no one recipe - every cook has her own version and makes it her own way but there are a handful of ingredients which are customary and which point to an Old World provenance: bread, sugar, raisins, spices and cheese, all Spanish contributions to the Mexican larder. On the New World side, peanuts are a time-honoured addition, but are often replaced with other nuts like almonds or pecans, and while the native guavas or pineapples were probably included originally, many adaptations feature apples, apricots, pears or bananas.

The oddest ingredient is perhaps the cheese. Cheese is of course a typical component in many desserts - cheesecake and mascarpone sorbet for instance, but somehow the combination of bread, sugar and a strongly flavoured hard cheese seems awkward and uncomfortable - and yet it works. Furthermore, it is the cheese which enables capirotada to act as both a savoury dish and a sweet one, despite the considerable sugar content. An aged cheese from Chihuahua is frequently used, as is the crumbly, acidic “queso fresco”, fresh cheese. Both work well if the capirotada is to be served as a savoury course, but the queso fresco is more at home in a pudding. I like a fresh, light goat’s cheese, as its lemony tang offsets the sweetness and gives the whole dish some bite.

Unlike most bread puddings, the bread in capirotada is soaked and baked in a spiced sugar syrup rather than a custard type mixture. This syrup is traditionally made with piloncillo, an unrefined, quite coarse and sticky brown sugar which is pressed into a cone shape and commonly used in sweet dishes and drinks in Mexico and for an authentic capirotada, the bread must come from thickly sliced, stale “bolillos”, torpedo shaped rolls. However, in the absence of piloncillo and bolillos, a stick of French bread and dark muscovado or Barbados sugar are excellent stand-ins.

Capirotada – Mexican bread pudding

For the syrup:-
500 g/18 oz dark muscovado or Barbados sugar
1 litre/1 3/4 pints water
4 bâtons de cannelle
5 clous de girofle entiers
5 ml/1 tsp fennel seeds
1 large lemon, juice and grated rind

For the bread pudding:-
350 g/12 oz bread, about 1 large French stick, two or three days old, sliced 1 cm/1/2 in thick
Soft unsalted butter
175 g/6 oz raisins
250 g/9 oz toasted, flaked almonds
250 g/9 oz eating apples, peeled and thinly sliced
200 g/7 oz fresh goat’s cheese, crumbled
Thick cream, to serve (optional)

A 2.25 litre/4 pint/10 cup ovenproof dish, about 6 cm/2 1/2 in deep

Start off by making the syrup as it needs time to cook. Place the sugar, water, spices and lemon juice and rind in a saucepan and bring to the boil over medium heat, stirring all the time to ensure the sugar dissolves. Turn the heat right down and leave to simmer uncovered for 20 minutes. Strain into a large jug and set aside. Reserve the cinnamon sticks.

Lightly butter the bread on both sides and arrange one third in the bottom of the ovenproof dish. Sprinkle with half the raisins, almonds, sliced apples and cheese, and add two of the reserved cinnamon sticks. Repeat the process, adding another layer of bread and the rest of the fruit, nuts, cinnamon and cheese, and finish off with a layer of bread. Carefully pour the syrup all over the pudding and set aside for at least one hour, or even overnight in the refrigerator, to give the bread time to absorb all the liquid.

Preheat the oven to 180oC/350oF/gas 4/fan oven 160oC. Bake the capirotada until golden, 30 to 45 minutes.

Capirotada is traditionally served at room temperature, but I have to say that it is terribly good hot, with lashings of thick cream!

Content copyright © 2021 by Isabel Hood. Tous les droits sont réservés.
This content was written by Isabel Hood. Si vous souhaitez utiliser ce contenu de quelque manière que ce soit, vous avez besoin d'une autorisation écrite. Contact Mickey Marquez for details.


Mexican Capirotada: Traditional Easter Bread Pudding - Recipes

Mexico is a fundamentally catholic country, and Semana Santa, Holy Week, and Pascua, Easter, are marked by widespread celebrations, festivities and rejoicing. The Passion of Christ is re-enacted in cities, towns and villages, with Ixtapalapa, Taxco, San Cristóbal de las Casas and Pátzcuaro being famous throughout the country for their passion plays. Silent torch-lit processions wind through lanes and down avenues, street vendors sell palm crosses, altars are decked with flowers, and “cascarones”, painted egg shells filled with confetti, are gleefully crushed over the heads of family, friends and total strangers. While this period is in essence a religious festival, it is also tremendous fun, with a decidedly carnival atmosphere.


Cascarones © Philip Hood

Lent is known as La Cuaresma, and among the traditional dishes of the “cocina cuaresmeña” served during these 40 days are “tortitas de papa”, potato cakes flavoured with tuna or dried shrimp, and prawns with cactus paddles, as well as stuffed chillies, corn or lentil soup, and a bread pudding known as “capirotada”.

Whenever I make capirotada, I am struck by its peculiar combination of ingredients. The flavours are very reminiscent of Christmas pudding, and while bread has been used in sweet dishes for centuries and the great British nursery favourite, bread and butter pudding, has achieved classical fame and undergone countless makeovers, capirotada seems to be an incongruent mishmash of disparate elements which somehow manage to come together into a very delicious whole, both sweet and savoury.

There is no one recipe - every cook has her own version and makes it her own way but there are a handful of ingredients which are customary and which point to an Old World provenance: bread, sugar, raisins, spices and cheese, all Spanish contributions to the Mexican larder. On the New World side, peanuts are a time-honoured addition, but are often replaced with other nuts like almonds or pecans, and while the native guavas or pineapples were probably included originally, many adaptations feature apples, apricots, pears or bananas.

The oddest ingredient is perhaps the cheese. Cheese is of course a typical component in many desserts - cheesecake and mascarpone sorbet for instance, but somehow the combination of bread, sugar and a strongly flavoured hard cheese seems awkward and uncomfortable - and yet it works. Furthermore, it is the cheese which enables capirotada to act as both a savoury dish and a sweet one, despite the considerable sugar content. An aged cheese from Chihuahua is frequently used, as is the crumbly, acidic “queso fresco”, fresh cheese. Both work well if the capirotada is to be served as a savoury course, but the queso fresco is more at home in a pudding. I like a fresh, light goat’s cheese, as its lemony tang offsets the sweetness and gives the whole dish some bite.

Unlike most bread puddings, the bread in capirotada is soaked and baked in a spiced sugar syrup rather than a custard type mixture. This syrup is traditionally made with piloncillo, an unrefined, quite coarse and sticky brown sugar which is pressed into a cone shape and commonly used in sweet dishes and drinks in Mexico and for an authentic capirotada, the bread must come from thickly sliced, stale “bolillos”, torpedo shaped rolls. However, in the absence of piloncillo and bolillos, a stick of French bread and dark muscovado or Barbados sugar are excellent stand-ins.

Capirotada – Mexican bread pudding

For the syrup:-
500 g/18 oz dark muscovado or Barbados sugar
1 litre/1 3/4 pints water
4 bâtons de cannelle
5 clous de girofle entiers
5 ml/1 tsp fennel seeds
1 large lemon, juice and grated rind

For the bread pudding:-
350 g/12 oz bread, about 1 large French stick, two or three days old, sliced 1 cm/1/2 in thick
Soft unsalted butter
175 g/6 oz raisins
250 g/9 oz toasted, flaked almonds
250 g/9 oz eating apples, peeled and thinly sliced
200 g/7 oz fresh goat’s cheese, crumbled
Thick cream, to serve (optional)

A 2.25 litre/4 pint/10 cup ovenproof dish, about 6 cm/2 1/2 in deep

Start off by making the syrup as it needs time to cook. Place the sugar, water, spices and lemon juice and rind in a saucepan and bring to the boil over medium heat, stirring all the time to ensure the sugar dissolves. Turn the heat right down and leave to simmer uncovered for 20 minutes. Strain into a large jug and set aside. Reserve the cinnamon sticks.

Lightly butter the bread on both sides and arrange one third in the bottom of the ovenproof dish. Sprinkle with half the raisins, almonds, sliced apples and cheese, and add two of the reserved cinnamon sticks. Repeat the process, adding another layer of bread and the rest of the fruit, nuts, cinnamon and cheese, and finish off with a layer of bread. Carefully pour the syrup all over the pudding and set aside for at least one hour, or even overnight in the refrigerator, to give the bread time to absorb all the liquid.

Preheat the oven to 180oC/350oF/gas 4/fan oven 160oC. Bake the capirotada until golden, 30 to 45 minutes.

Capirotada is traditionally served at room temperature, but I have to say that it is terribly good hot, with lashings of thick cream!

Content copyright © 2021 by Isabel Hood. Tous les droits sont réservés.
This content was written by Isabel Hood. Si vous souhaitez utiliser ce contenu de quelque manière que ce soit, vous avez besoin d'une autorisation écrite. Contact Mickey Marquez for details.


Mexican Capirotada: Traditional Easter Bread Pudding - Recipes

Mexico is a fundamentally catholic country, and Semana Santa, Holy Week, and Pascua, Easter, are marked by widespread celebrations, festivities and rejoicing. The Passion of Christ is re-enacted in cities, towns and villages, with Ixtapalapa, Taxco, San Cristóbal de las Casas and Pátzcuaro being famous throughout the country for their passion plays. Silent torch-lit processions wind through lanes and down avenues, street vendors sell palm crosses, altars are decked with flowers, and “cascarones”, painted egg shells filled with confetti, are gleefully crushed over the heads of family, friends and total strangers. While this period is in essence a religious festival, it is also tremendous fun, with a decidedly carnival atmosphere.


Cascarones © Philip Hood

Lent is known as La Cuaresma, and among the traditional dishes of the “cocina cuaresmeña” served during these 40 days are “tortitas de papa”, potato cakes flavoured with tuna or dried shrimp, and prawns with cactus paddles, as well as stuffed chillies, corn or lentil soup, and a bread pudding known as “capirotada”.

Whenever I make capirotada, I am struck by its peculiar combination of ingredients. The flavours are very reminiscent of Christmas pudding, and while bread has been used in sweet dishes for centuries and the great British nursery favourite, bread and butter pudding, has achieved classical fame and undergone countless makeovers, capirotada seems to be an incongruent mishmash of disparate elements which somehow manage to come together into a very delicious whole, both sweet and savoury.

There is no one recipe - every cook has her own version and makes it her own way but there are a handful of ingredients which are customary and which point to an Old World provenance: bread, sugar, raisins, spices and cheese, all Spanish contributions to the Mexican larder. On the New World side, peanuts are a time-honoured addition, but are often replaced with other nuts like almonds or pecans, and while the native guavas or pineapples were probably included originally, many adaptations feature apples, apricots, pears or bananas.

The oddest ingredient is perhaps the cheese. Cheese is of course a typical component in many desserts - cheesecake and mascarpone sorbet for instance, but somehow the combination of bread, sugar and a strongly flavoured hard cheese seems awkward and uncomfortable - and yet it works. Furthermore, it is the cheese which enables capirotada to act as both a savoury dish and a sweet one, despite the considerable sugar content. An aged cheese from Chihuahua is frequently used, as is the crumbly, acidic “queso fresco”, fresh cheese. Both work well if the capirotada is to be served as a savoury course, but the queso fresco is more at home in a pudding. I like a fresh, light goat’s cheese, as its lemony tang offsets the sweetness and gives the whole dish some bite.

Unlike most bread puddings, the bread in capirotada is soaked and baked in a spiced sugar syrup rather than a custard type mixture. This syrup is traditionally made with piloncillo, an unrefined, quite coarse and sticky brown sugar which is pressed into a cone shape and commonly used in sweet dishes and drinks in Mexico and for an authentic capirotada, the bread must come from thickly sliced, stale “bolillos”, torpedo shaped rolls. However, in the absence of piloncillo and bolillos, a stick of French bread and dark muscovado or Barbados sugar are excellent stand-ins.

Capirotada – Mexican bread pudding

For the syrup:-
500 g/18 oz dark muscovado or Barbados sugar
1 litre/1 3/4 pints water
4 bâtons de cannelle
5 clous de girofle entiers
5 ml/1 tsp fennel seeds
1 large lemon, juice and grated rind

For the bread pudding:-
350 g/12 oz bread, about 1 large French stick, two or three days old, sliced 1 cm/1/2 in thick
Soft unsalted butter
175 g/6 oz raisins
250 g/9 oz toasted, flaked almonds
250 g/9 oz eating apples, peeled and thinly sliced
200 g/7 oz fresh goat’s cheese, crumbled
Thick cream, to serve (optional)

A 2.25 litre/4 pint/10 cup ovenproof dish, about 6 cm/2 1/2 in deep

Start off by making the syrup as it needs time to cook. Place the sugar, water, spices and lemon juice and rind in a saucepan and bring to the boil over medium heat, stirring all the time to ensure the sugar dissolves. Turn the heat right down and leave to simmer uncovered for 20 minutes. Strain into a large jug and set aside. Reserve the cinnamon sticks.

Lightly butter the bread on both sides and arrange one third in the bottom of the ovenproof dish. Sprinkle with half the raisins, almonds, sliced apples and cheese, and add two of the reserved cinnamon sticks. Repeat the process, adding another layer of bread and the rest of the fruit, nuts, cinnamon and cheese, and finish off with a layer of bread. Carefully pour the syrup all over the pudding and set aside for at least one hour, or even overnight in the refrigerator, to give the bread time to absorb all the liquid.

Preheat the oven to 180oC/350oF/gas 4/fan oven 160oC. Bake the capirotada until golden, 30 to 45 minutes.

Capirotada is traditionally served at room temperature, but I have to say that it is terribly good hot, with lashings of thick cream!

Content copyright © 2021 by Isabel Hood. Tous les droits sont réservés.
This content was written by Isabel Hood. Si vous souhaitez utiliser ce contenu de quelque manière que ce soit, vous avez besoin d'une autorisation écrite. Contact Mickey Marquez for details.


Voir la vidéo: Capiortada Mexican Dessert Bread Pudding (Janvier 2022).